L'OIGNON ROSE DE MENTON

graines-d-oignon-geant-100.jpg

une semence paysanne à sauvegarder

Une histoire de vies

Robe rubis, gros comme une boule de pétanque, écailles épaisses et juteuses, voici l’oignon rose de Menton. C’est Nicole, qui nous l’a fait découvrir et nous a raconté l’histoire de sa famille autour de cette variété. Rose, pour sa première feuille attirante qui se démarque sur l’étal du marché. De Menton, car c’est dans ces alentours que déjà le grand-père de Nicole semait, désherbait, récoltait et vendait à dos de mulet ce bel oignon sur la côte d’azur. 

 

Dernière héritière de ce patrimoine végétal cultivé localement depuis « aussi longtemps que l’on s’en souvienne », Nicole avait transmis ses graines et son savoir à Arnaud Valentin, paysan Bio de Contes, dont le décès brutal en 2018 a mis en péril la sauvegarde de cette variété. La MSPM s’est fait un devoir de poursuivre les intentions d’Arnaud.  

Une histoire de goût

Cet oignon, typique de la région, présente un intérêt gustatif, agronomique et patrimonial manifeste. C’est un marqueur fort de l’identité culinaire locale, dont plusieurs plats typiques ont une base d’oignon, notamment la pissaladière, ou l’oignon farci.

 

Depuis que l’on en a ressemé des graines, cet oignon suscite un fort engouement auprès des maraichers de la région qui se sont mis à le cultiver, et l’enthousiasme des consommateurs qui l'apprécient pour sa taille et sa couleur autant que pour son goût. Interpellé par la valeur de cet oignon, le chef-cuisinier, Mauro Colagreco du restaurant Le Mirazur à Menton soutient le développement de sa culture s’engage dans sa valorisation. 

De la graine à l'oignon

La semence d’oignon (Allium cepa) est particulièrement complexe à produire car elle demande des savoir-faire précis en termes d’hybridation, son cycle de la graine à la graine est l’un des plus long chez les légumes (22 mois) et sa durée de germination est parmi les plus faibles (2 ans). Ainsi, l’oignon se retrouve dans le peloton de tête des victimes de l’uniformisation de l’alimentation et de la perte massive de biodiversité cultivée (selon la FAO, en un siècle, 75% des variétés ont disparues).